Pourquoi protéger les données contre l’espionnage est une nécessité pour les entreprises

Syping

Après les révélations de l’ancien membre de la CIA et de la NSA Edward Snowden concernant PRISM, le gigantesque programme d’espionnage du gouvernement américain, les utilisateurs ont pris conscience du danger posé par leurs données numériques. Un nombre croissant d’internautes, entreprises et particuliers, utilisent désormais des services électroniques (boîte aux lettres, réseaux sociaux, etc.) qui leur permettent de protéger les données numériques privées contre leur publication non désirée par un tiers.

Les PME dans la ligne de mire des pirates

Un rapport publié en 2012 par la société de protection contre les virus Symantec a montré que les techniques de la cybercriminalité mondiale s’étaient améliorées et que la cible des espions et des pirates avait évolué. Les espions s’intéressent désormais davantage aux services de R&D et ciblent les petites et moyennes entreprises.

Mathieu Poujol, consultant du cabinet Pierre Audoin Consultants, a expliqué que les entreprises ont pris conscience de leur vulnérabilité numérique et de l’importance de protéger les données – grâce à l’affaire PRISM. Cet expert a déclaré qu’aucune entreprise n’était à l’abri de l’espionnage et du piratage numérique : tous les secteurs économiques sont concernés. Poujol a également expliqué qu’il existe une dichotomie entre les grandes entreprises comme Sony par exemple, qui sont capables de se protéger, et les petites entreprises, moins conscientes des risques, et de ce fait moins armées pour faire face au problème.

En septembre dernier, lors d’un événement organisé par la New America Foundation, le président de Google, Eric Schmidt, a déclaré que l’espionnage était une réalité depuis des années. Il a plaidé pour une plus grande transparence de la part du gouvernement américain concernant l’exploitation des données numériques et la surveillance numérique, mais a refusé de commenter les opérations d’espionnage.

Les déclarations de Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie de Google, dans une interview donnée au journal britannique The Observer devraient également inquiéter tous les utilisateurs de Google. Dans cette interview, Kurzweil a expliqué que dans une quinzaine d’années, « Google fournira des réponses à vos questions avant même que vous ne les posiez ». Il lira chaque courriel que vous avez écrit, chaque document dont vous avez pris connaissance et chaque requête que vous aurez confiée à son système. Google vous connaîtra mieux que votre conjoint ou votre compagnon, et probablement mieux que vous-même. Les ordinateurs sont sur le point de comprendre la sémantique de ce qu’ils lisent. »

Protéger les données est plus aisé en Europe

Enfin, les entreprises doivent savoir que les lois européennes et américaines sur la protection de la vie privée sont très différentes. La Belgique dispose d’une des lois les plus strictes en matière de protection de la vie privée. La loi sur la vie privée du 8 décembre 1992 protège le citoyen contre toute utilisation abusive de ses données privées. Elle a créé un organe de contrôle indépendant (la Commission de la protection de la vie) qui veille à ce que les données personnelles soient utilisées conformément au respect de la vie privée, avec les précautions qu’elle implique, afin de protéger les données et la vie privée des citoyens.

Aux États-Unis, la NSA a enfreint des milliers de fois les lois sur la protection de la vie privée au cours des années passées. Selon le Washington Post, la NSA a collecté des centaines de milliers d’adresses électroniques en 2012.

Il est donc important pour les utilisateurs, entreprises et particuliers, de  protéger les données contre de telles pratiques, en les stockant sur des serveurs européens hautement sécurisés qui garantissent le respect de leur vie privée et agissent légalement.

L’ÉQUIPE MAILFENCE

Vous aimerez aussi...