Machine virtuelle : c’est quoi et à quoi ça sert ?

c'est quoi une machine virtuelle et à quoi ça sert

Une machine virtuelle (virtual machine en anglais) constitue une autre méthode pratique pour améliorer votre sécurité et votre confidentialité en protégeant votre machine physique (ordinateur, serveur) contre de nombreuses cybermenaces, tout en évitant qu’elle ne soit compromise. Nous vous proposons donc de découvrir à quoi elle sert. Mais ne vous inquiétez pas ! Bien que cela semble très technique, c’est en fait très simple et nous avons fait de notre mieux pour rendre nos conseils clairs et accessibles.

Une machine virtuelle, c’est quoi ?

Une machine virtuelle (VM) est une émulation d’un environnement informatique qui se comporte comme un ordinateur virtuel indépendant. Elle dispose de sa propre mémoire, de son système d’exploitation, de sa bande passante réseau et de la puissance de son processeur. Elle fonctionne comme une partition de vos ressources physiques censée se substituer à un ordinateur traditionnel et vous permet de travailler avec plusieurs logiciels, à condition qu’ils fonctionnent sur le même système d’exploitation.

Les machines virtuelles sont souvent utilisées pour partager les ressources informatiques d’un serveur ou d’un cloud entre plusieurs utilisateurs, ou pour reproduire l’environnement nécessaire au fonctionnement d’un ancien logiciel que vous souhaitez utiliser. Mais elles peuvent aussi être utilisées comme solution anti-malware pour protéger un environnement réel (un ordinateur et son contenu) d’une éventuelle infection par un logiciel malveillant.

À quoi sert une machine virtuelle ?

L’objectif principal d’une machine virtuelle est d’exécuter un environnement numérique virtuel dans un environnement réel. Cela revient à faire fonctionner deux ordinateurs distincts dans une même machine. Cela peut être utile dans de nombreuses circonstances :

1 – Isolation du système d’exploitation hôte

Dans tout environnement numérique, le plus grand risque provient des erreurs humaines. Nous sommes enclins à faire des erreurs. Par exemple, il nous arrive de cliquer sur un lien suspect dans un email de phishing, ou d’ouvrir une pièce jointe ou des documents infectés par un malware tel qu’un ransomware, déclenchant ainsi le téléchargement de ce malware sur notre ordinateur, tablette ou smartphone.

Une machine virtuelle va circonscrire à elle-même les dommages causés par ces malwares. Le malware ou cheval de Troie pourra s’introduire dans le poste de travail virtuel installé sur la machine physique, mais le fonctionnement du système hôte ne sera pas affecté.

2 – Récupération rapide après une cyberattaque

Parfois, vous pouvez avoir une forte suspicion qu’un fichier est malveillant. Mais vous devez ouvrir ce fichier pour des raisons professionnelles. Les applications VM vous permettent de prendre un « instantané » (une sorte de copie) de la configuration actuelle de la VM.

Si le fichier ou le service suspect cause effectivement un problème irrécupérable dans la VM, vous pouvez facilement revenir à un instantané précédent de l’environnement virtuel, lorsqu’il n’était pas infectée par le logiciel malveillant. Et vous savez quoi ? Il ne faut que quelques minutes pour effectuer une telle restauration.

3 – Répliquer une machine virtuelle sur n’importe quel autre ordinateur

Une fois que vous avez installé un système d’exploitation invité dans une virtualisation et terminé toutes les applications et configurations, la VM peut être sauvegardée en tant qu' »appliance ». Cette appliance peut être restaurée ultérieurement pour être utilisée à nouveau par vous-même ou par une autre personne.

Vous pouvez aussi facilement la copier et l’utiliser sur un autre ordinateur. Par exemple, un utilisateur peut créer une configuration complexe dans une machine virtuelle lui permettant d’effectuer des tâches particulières.

Après l’avoir fait, il pourra l’enregistrer en tant qu’appliance virtuelle. En cas d’incident de sécurité impliquant un malware prenant le contrôle de cet environnement numérique, il lui suffira de se reconnecter à cette appliance virtuelle.

4 – Éviter le tracking et le profilage de Big Tech

La plupart des services offerts par les Big Tech que nous utilisons en ligne nous suivent et nous profilent en permanence.

Cela est dû à l’empreinte digitale, qui identifie de manière unique notre appareil (d’ailleurs, si vous en avez assez de ce suivi et de ce profilage constant, vous pouvez suivre notre guide pour dégoogliser votre existence).

Les technologies de virtualisation vous protègent de ce problème. Car ce sont les empreintes digitales de votre machine virtuelle qui sont prises, plutôt que celles du système d’exploitation hôte. Cependant, pour ce faire, il faut configurer le logiciel de virtualisation d’une certain manière au niveau du réseau.

Par exemple, vous devez configurer le mode : NAT sans transfert de port, réseau interne pour éviter toute fuite des attributs du système d’exploitation hôte tels que votre nom d’hôte ou votre adresse IP.

5 – Passer facilement à des logiciels fonctionnant sur des systèmes d’exploitation différents

Comme nous l’avons déjà vu, les solutions de virtualisation vous permettent de prendre des « instantanés », c’est-à-dire de sauvegarder une configuration spécifique. Elles sont également très utiles pour utiliser un autre système d’exploitation que celui de votre ordinateur.

Par exemple, si votre ordinateur fonctionne sous Windows, mais que vous avez besoin d’utiliser un logiciel disponible uniquement sur Linux, vous pouvez créer une machine virtuelle fonctionnant sous Linux pour utiliser votre logiciel, puis sauvegarder cette VM dans son état actuel avant de l’éteindre pour revenir à votre ordinateur réel.

Ainsi, vous pouvez passer à une autre tâche sur votre logiciel Windows (ou même sur une autre VM, créée pour votre logiciel macOS, si vous le souhaitez), et revenir plus tard à la VM Linux dans son état précédent.

Pourquoi acheter 3 ordinateurs différents quand vous pouvez avoir tous les OS dans un seul d’entre eux ?

Comment installer une machine virtuelle ?

Pour installer une machine virtuelle, il est recommandé d’utiliser un hyperviseur (également appelé gestionnaire de machine virtuelle – VMM).

Il s’agit d’un logiciel destiné à « partitionner » les ressources d’un ordinateur, d’un serveur ou d’une autre machine hôte sur laquelle vous souhaitez installer une machine virtuelle.

L’hyperviseur optimise l’utilisation des ressources de ce périphérique hôte.

Quelle application de machine virtuelle utiliser ?

De nombreux éditeurs de logiciels célèbres proposent leurs propres applications de machine virtuelle, mais la plupart d’entre eux sont des produits propriétaires. C’est pourquoi nous préférons les logiciels gratuits à code source ouvert :

  • VirtualBox, adapté aux systèmes d’exploitation Windows, GNU/Linux et MacOS ;
  • KVM pour GNU/Linux ;
  • Xen pour GNU/Linux.

Ils offrent tous les performances et les fonctionnalités recherchées par la plupart des utilisateurs. En outre, ils préservent la stabilité de votre ordinateur hôte.

Techniquement, les machines virtuelles vous aident essentiellement à créer un bac à sable (un espace hautement isolé et restreint). Les programmes que vous utilisez (les navigateurs Internet, par exemple) effectuent le travail de sandboxing en arrière-plan pour assurer votre sécurité. Vous pouvez utiliser la fonction Sandboxing du service en ligne FilePreviews.io, qui vous permet d’ouvrir un fichier ou un lien sur son propre site web, sans risque d’infection. Toutefois, cela ne suffira pas à assurer une couverture complète dans de nombreux scénarios. L’exécution d’une machine virtuelle privée vous protégera encore mieux.

Conclusion

Les machines virtuelles sont un excellent moyen de sécuriser votre activité numérique et de protéger votre vie privée. Mais il existe d’autres outils pour améliorer votre protection : la cryptographie, le chiffrement, les signatures numériques, les clés privées et publiques. Vous n’en avez peut-être jamais entendu parler, mais cela ne doit pas vous empêcher de profiter des énormes avantages qu’ils peuvent vous apporter, surtout si vous êtes une entreprise, un journaliste, un dissident ou tout autre professionnel ou particulier soucieux de la protection de sa vie privée et de sa sécurité.

C’est pourquoi nous avons créé notre cours complet de sensibilisation à la sécurité et à la confidentialité des emails, en évitant les concepts trop compliqués et le jargon pour rester accessible à tout lecteur. Cliquez maintenant et faites progresser facilement votre sensibilisation à la cybersécurité !

Vous pouvez également commencer votre voyage avec la confidentialité des emails en ouvrant un compte gratuit de notre suite de messagerie privée et sécurisée Mailfence pour renforcer votre protection contre les intrusions et les cybermenaces. Vous bénéficierez d’un agenda avec planificateur de réunions et gestion de groupes, d’un service de chat et d’un outil de stockage et de gestion des documents, le tout sécurisé.

Obtenez votre messagerie securisée

– L’Équipe Mailfence

Partager Cet Article
Avatar for M Salman Nadeem

M Salman Nadeem

Salman travaille comme analyste de la sécurité de l'information pour Mailfence. Ses domaines d'intérêt incluent la cryptographie, l'architecture et la conception de la sécurité, le contrôle d'accès et la sécurité des opérations. Vous pouvez le suivre sur LinkedIn @mohammadsalmannadeem

Vous aimerez aussi...