La surveillance de masse est toujours d’actualité en 2021

Estimated reading time: 7 minutes

La surveillance de masse est toujours d’actualité et il ne faut pas s’étonner que depuis les révélations d’Edward Snowden (lien en anglais), le lanceur d’alerte de la NSA, peu de choses aient changé. Qu’est-ce qui a changé ? Rien de bien important pour mettre fin à la surveillance de masse. La plus grande victoire à ce jour est l’abandon du Data Privacy Shield par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

Dans cet article, nous allons expliquer ce qu’est la surveillance de masse, ce qu’elle signifie pour vous en tant que consommateur et s’il existe un moyen de l’arrêter.

La surveillance de masse est encore une réalité

Qu’est-ce que la surveillance de masse ?

La surveillance de masse est la collecte et l’analyse systématiques de données. Elle est indiscriminée, ce qui signifie que même les citoyens les plus respectueux de la loi sont soumis à cette collecte massive de données. La surveillance de masse est une menace majeure pour nos droits humains fondamentaux et notre démocratie. Imaginez que tout ce que vous dites ou envoyez par texto soit enregistré puis stocké dans un énorme centre de données. Dans quel but ? Les gouvernements du monde entier affirment que c’est pour notre protection, pour identifier les menaces potentielles et les prévenir avant même qu’elles ne se produisent. C’est peut-être vrai, mais cela ne justifie pas la nécessité d’une surveillance de masse. La plupart des gouvernements pratiquent la surveillance de masse. Cela ne concerne pas uniquement les États-Unis.

Comment est-elle menée ?

Il existe des alliances de surveillance entre pays, à savoir les Five Eyes, Nine Eyes et Fourteen eyes (lien en anglais). Ces accords permettent aux pays de partager les données recueillies lors d’opérations de surveillance de masse. L’accord le plus agressif est l’accord des Five Eyes. Des pays tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie y sont parties prenantes. Si vous vivez dans l’un de ces pays, il faut vous attendre à une surveillance intensive.

Cependant, les gouvernements ne sont pas les seuls à avoir des yeux indiscrets. Les grands groupes technologiques du Big Tech tels que Google et Facebook servent d’intermédiaires à nos gouvernements. Ces entreprises transmettent des données même sans y être contraintes par les agences gouvernementales. Elles leur livrent des données (lien en anglais). Jetez un coup d’œil à la capture d’écran ci-dessous pour vous faire une idée des données qui « peuvent » être transmises aux agences d’espionnage gouvernementales. Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. En coulisses, il se passe bien d’autres choses et nous sommes dans l’ignorance la plus totale. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez lire notre post « Quand la NSA renforce l’espionnage sur Facebook« .

Une copie d'écran montrant les données que Google transmet spontanément aux autorités, montrant que nous sommes les sujets d'une surveillance de masse.

En interceptant toutes vos communications en ligne non chiffrées, ils sont capables de dresser votre profil. Et par « ils », nous désignons à la fois les gouvernements et les géants du Big Tech.

Voici quelques exemples. Tous les messages postés sur les médias sociaux et tous vos échanges d’emails. En gros, chaque fois que vous communiquez sur un réseau non chiffré, considérez que quelqu’un vous écoute. La solution ? Tout chiffrer, mais nous y reviendrons plus tard car ce n’est pas si simple.

Pourquoi la surveillance de masse devrait vous inquiéter

La surveillance de masse devrait vous inquiéter même si vous n’êtes pas un terroriste ou un hors-la-loi. Imaginez qu’une personne puisse entrer sans frapper et vous surprendre à chaque fois que vous avez un moment d’intimité : est-ce que vous ne trouveriez pas ça inquiétant ? Le même concept s’applique à la vie privée en ligne : tout ce que vous dites sur internet peut être « potentiellement » intercepté.

Pourquoi la surveillance de masse est néfaste pour notre société :

  • La surveillance de masse détruit notre démocratie et tout ce qu’elle représente.
  • Elle crée un environnement hostile, plein de suspicion, de doute et de menaces.
  • Ses objectifs ne sont pas clairs.

Non seulement, la surveillance de masse constitue une violation de nos droits humains fondamentaux, mais de plus, nous ignorons toujours ses quelles sont ses utilisations. Pourquoi nos données sont-elles collectées et dans quel but ? Comment nos données seront-elles utilisées à l’avenir ? Autant de questions auxquelles nous n’obtenons aucune réponse. La surveillance de masse a été totalement dévoilée et pourtant, elle est toujours d’actualité en 2021. Un autre fait troublant qui devrait tous nous inquiéter est que la surveillance de masse crée un environnement qui encourage la peur et la suspicion.

Les personnes qui sont conscientes de la surveillance de masse s’expriment différemment et ne disent pas ce qu’elles ont envie de dire. Elles disent plutôt ce que les gouvernements veulent entendre. Si cela ne cesse pas dans les toutes prochaines années, la surveillance deviendra de plus en plus agressive. Par exemple, dans une décennie, voire moins, la police pourrait avoir le pouvoir de faire irruption chez vous pour quelque chose que vous avez dit en ligne. Vous trouvez que cela ressemble à une scène de film dystopique ? Cela ne s’est peut-être pas encore produit, mais c’est ce qui risque d’arriver si nous ne mettons pas fin à cette pratique.

Existe-t-il un moyen de mettre fin à cet espionnage ?

La réponse à cette question n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît. C’est un peu comme si l’on se demandait comment arrêter le racisme. Il n’existe aucune politique, aucune règle pour cela. Le seul moyen de lutter contre la surveillance de masse serait de chiffrer littéralement toutes les formes de communication en ligne. STARTTLS ne suffit pas, un chiffrement de bout en bout est nécessaire pour être efficace. Le chiffrement de bout en bout permet de s’assurer qu’aucun intermédiaire ne peut lire le message pendant son acheminement vers son destinataire. Cependant, les gouvernements du monde entier tentent d’interdire le chiffrement pour nous empêcher de gêner leurs systèmes de surveillance. Un autre moyen serait de soutenir les ONG qui luttent pour la protection de la vie privée en ligne. Mailfence fait des dons à des organisations telles que l’EFF & l’EDRI (liens en anglais).

Les sénateurs américains tentent de faire passer le Lawful Access to Encrypted Data Act (LAED, lien en anglais). En résumé, il s’agit d’un projet de loi qui permettrait aux États-Unis d’interdire le chiffrement de bout en bout. Au moment où nous écrivons ces lignes, cette loi n’est pas encore en vigueur, mais si elle est adoptée, elle pourrait être catastrophique pour notre démocratie. L’UE a publié un projet de résolution de cinq pages (lien en anglais) qui vise à envisager des approches pour interdire le chiffrement à l’avenir. Une autre façon d’entraver la surveillance de masse consiste à cesser d’utiliser les logiciels « gratuits » des grands groupes technologiques. Comme nous l’avons dit au début de cet article, ces firmes fournissent des quantités massives de données aux agences d’espionnage. Lisez cette lettre ouverte (lien en anglais), fruit de la coopération de Mailfence et d’autres entreprises technologiques.

Conclusion

La lutte contre la surveillance de masse est un combat essentiel pour la protection de notre démocratie. Toutefois, cela ne sera possible que si nous nous unissons pour lutter contre elle. Il y a une chance pour que nous soyons capables de mettre fin à ce système. Nous devons nous battre pour cela, nos droits humains fondamentaux et notre démocratie en dépendent.

Obtenez votre messagerie securisée

Suivez-nous sur Twitter/Reddit et tenez-vous constamment informé.

– L’Équipe Mailfence

Vous aimerez aussi...