Protéger Vos Données Lors Du Passage De Frontières

Protégez vos données lors du passage de frontières

Toute personne qui s’est déjà rendue aux États-Unis sait à quel point la sécurité à la frontière est prise au sérieux. Ces dernières années, les agents des douanes et de la protection des frontières (Customs & Border Protection, ou CBP) ont de plus en plus orienté leurs contrôles sur les appareils électroniques des voyageurs. Comme nos appareils numériques contiennent généralement nos informations les plus privées, vous devriez réfléchir à deux fois avant de vous retrouver dans une situation où quelqu’un pourrait demander l’accès à vos ordinateur, tablette et téléphone. Il est donc essentiel de comprendre vos droits afin de protéger vos données lors du passage de frontières. Vous pouvrrez alors prendre les précautions nécessaires pour éviter des problèmes juridiques indésirables.

Connaissez vos droits en matière de confidentialité des données

Plusieurs professions ont intérêt à tenir leurs données à l’abri des fouilles : médecins, avocats, scientifiques, fonctionnaires et hommes d’affaires ayant accès à des données sensibles. Vous pourriez tout aussi bien vouloir protéger vos données pour le simple plaisir de le faire. Il est donc essentiel de comprendre les situations auxquelles vous pourriez être confronté et de vous y préparer. Protéger vos données lorsque vous traversez les frontières n’est pas la même chose que protéger vos données ou vos appareils depuis votre domicile, car il s’agit d’un contexte spécifique.

Tout d’abord, il est important de savoir que les douaniers ont le droit de fouiller vos appareils électroniques, tout comme ils le font avec vos bagages. En cas de soupçon, ils peuvent même légalement en faire une copie et/ou les détenir pendant un certain temps.

Vos droits à la frontière américaine dépendent du fait que vous soyez un citoyen du pays dans lequel vous entrez. En tant que citoyen, on ne vous refusera pas l’entrée, mais vos appareils pourront vous être retirés pendant quelques heures au cas où vous refuseriez de collaborer. En cas de refus de collaborer avec les agents, les résidents permanents légaux peuvent voir leur statut inspecté et éventuellement remis en cause. Les voyageurs munis d’un visa peuvent se voir refuser l’entrée par les agents. Les non-ressortissants ne sont pas techniquement obligés de donner leurs mots de passe ou leurs clés de chiffrement. Toutefois, les douaniers ont le droit de vous refuser l’entrée si vous ne coopérez pas.

Limitez les données

Si vous ne voulez pas exposer vos mots de passe ou vos données aux autorités frontalières, votre meilleur atout est de ne pas avoir accès à ces informations sur vos appareils. Un bon début est de supprimer les applications de médias sociaux comme Facebook, LinkedIn et WhatsApp de votre téléphone. Vous pourrez facilement retélécharger ces apps une fois que vous aurez franchi la frontière en toute sécurité.

Si vous utilisez une application de gestion des mots de passe, ce que nous vous recommandons, vous ne connaîtrez véritablement pas vos mots de passe. Ce type d’application stocke des mots de passe longs et difficiles à retenir pour vos différents comptes. Elle utilise un mot de passe principal pour accéder aux autres (parallèlement à l’authentification à 2 facteurs).

Cependant, un agent pourrait vous demander ce mot de passe principal, comme il pourrait le faire pour accéder à n’importe quelle application. Dans ce cas, il pourrait être judicieux de ne pas avoir ces applis de gestion de mots de passe installées sur vos appareils lors du passage de la frontière. Vous pourriez donc stocker la base de données du mot de passe principal (si elle n’est pas synchronisée automatiquement avec un service en ligne) dans un service d’email sécurisé comme Mailfence. De manière générale, évitez toujours les mauvaises habitudes en matière de mots de passe.

Sauvegardez vos données ou voyagez avec un burner

Comme nous l’avons mentionné dans notre article consacré à la protection de votre appareil en voyage, un moyen simple de protéger vos données sensibles est de ne pas en avoir sur votre appareil.

C’est pourquoi nous vous recommandons de sauvegarder vos données, puis d’effacer ou de procéder à une réinitialisation d’usine de votre appareil avant de franchir la frontière. Ce guide de l’Electronic Frontier Foundation (EFF) donne des instructions étape par étape pour effacer les données de votre ordinateur (lien en anglais). Assurez-vous que vos données sont sauvegardées dans un cloud sécurisé ou sur un appareil avec lequel vous ne voyagez pas.

N’oubliez pas qu’un appareil effacé peut éveiller les soupçons de l’agent frontalier. Si vous décidez de prendre ce risque, la meilleure méthode est le « formatage sécurisé ». Cela signifie que votre disque dur est d’abord effacé, puis écrasé. Cette méthode garantit que les autorités ne peuvent pas utiliser de logiciel spécial pour récupérer les fichiers supprimés lors d’un formatage rapide.

N’oubliez pas que tout ce qui est stocké sur les services cloud de Google sera conservé lorsque vous effectuerez une réinitialisation d’usine.

Certains voyageurs soucieux de leur sécurité utilisent également un téléphone ou un ordinateur portable « burner » (un appareil basique uniquement réservé à leurs déplacements – lien en anglais). Cette solution présente l’avantage supplémentaire que ce téléphone ou cet ordinateur sera beaucoup moins cher à remplacer qu’un iPhone ou un MacBook Pro haut de gamme en cas de perte ou de vol pendant le transport.

Chiffrez vos fichiers sur le cloud

Conserver les fichiers sensibles hors de votre appareil local est un excellent moyen de protéger vos données lorsque vous traversez les frontières. Cependant, il y a quelques précautions supplémentaires à prendre lorsque vous utilisez un stockage de fichiers sur le cloud. Des services tels que boxcryptor, Cryptomator ou Sookasa offrent un niveau de sécurité supplémentaire en chiffrant les fichiers qui sont placés dans des dossiers spécialement désignés. Cela signifie que vous pouvez réduire le risque que quelqu’un accède à des données sensibles, même en cas de comptes cloud compromis.

Dernier point important

N’oubliez pas que seuls les citoyens sont exemptés de l’obligation de révéler des données ou des mots de passe sans conséquences potentiellement graves. Pour tous les autres, suivre les étapes de cet article devrait vous protéger contre l’exposition de données sensibles aux douaniers. Si vous pensez que vos droits ont été violés, l’EFF (lien en anglais) est là pour vous aider. Si vous souhaitez déposer une plainte, n’oubliez pas de noter toutes les informations nécessaires, telles que le nom des agents.

Enfin, n’oubliez pas que ces personnes ne font que leur travail. La meilleure façon de gérer les interactions avec les fonctionnaires des douanes et d’éviter les situations potentiellement délicates est donc d’être poli, honnête et direct.

Obtenez votre messagerie privée

Ouvrez un compte Mailfence et faites le premier pas pour protéger vos données. La confidentialité est un droit, pas une fonctionnalité. Utilisez notre suite complète sécurisée et privée et commencez à chiffrer vos données.

-L’Équipe Mailfence

Partagez Cet Article
Avatar for Arnaud

Arnaud

Arnaud est le co-fondateur et PDG de Mailfence. Il est un entrepreneur en série et un investisseur en démarrage depuis 1994 et a lancé plusieurs sociétés digitales pionnières telles que Rendez-vous, IP Netvertising ou NetMonitor. Il est considéré comme le pionnier de la publicité sur Internet en Belgique. Vous pouvez suivre Arnaud sur ce blog.

Vous aimerez aussi...